j’ai vu “DUGA”

A Boromo, localité paumée du Burkina, Pierre Coulibaly vient de mourir. La  dépouille  est ballottée, d’une communauté à une autre, dans un corbillard de fortune, par ses proches soucieux de lui réserver un enterrement décent.  Cette quête morbide chapeautée par son ami Rasmané, la veuve et sa fille, conduit le téléspectateur  dans le sombre décor  de cette société en proie à la pauvreté et son corollaire de maux : Corruption, coutume handicapante, faux prophètes,  chômage, cupidité, insécurité,…et  charognards ou oubliés de la société. Duga, les charognards en Bambara est en lice au Fespaco 2019.

Constitués de jeunes débrouillards victimes des clichés traditionalistes, ce groupe d’amis  à l’appellation macabre semble constituer la morale de cette communauté à la dérive : Les Duga sont en fait des diplômés avec des rêves plein la tête et la main sur le cœur. À la dépouille reniée, ils organiseront des obsèques dignes. A l’enfant jeté aux ordures par une mère perdue, ils offriront un toit et une famille…

Ce ‘’90 minutes’’ est une chronique à la fois saisissante,  perspicace  et drôle. La vue panoramique sur ces maux, portrait d’un pays pauvre, évoque les attentes et les inquiétudes du peuple burkinabè et par ricochet  ceux d’autres pays  frère. Les plans, l’écriture, l’intrigue, tout est bien mené par une équipe constituée à majorité de techniciens locaux.

Le film est en compétition officielle pour l’étalon d’or dans la catégorie fiction long métrage.

You May Also Like

About the Author: drorita

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *