Nescafête

Nescafé a 80 ans. Pour marquer l’anniversaire de sa marque, la division ivoirienne du groupe Nestlé, géant mondial de l’agroalimentaire, organise un vernissage le 27 septembre en l’honneur des hommes et femmes de la filière café au KAJAZOMA Concept, un « restaurant galerie d’art » transformé pour l’occasion en une sorte d’hacienda mexicaine.

Paysage de forêt, lumières tamisées, piscine, hangars joliment habillés de masques, meubles et accessoires en bois au milieu desquels le café dans toutes ses composantes luit . Des plants du Robusta, variété cultivée en Côte d’Ivoire, posés çà et là, des grains bruns versés avec désinvolture dans des encoignures, aussi le 3 en 1 breakfast et le petit noir servis à volonté aux convives dans le jardin de la propriété. Il y a même en attraction du café torréfié in situ et bien évidemment des producteurs de café, stars du soir, dont on se plait à identifier les visages sur les tableaux.

Parmi eux, Boucho Alphonsine posant fièrement devant le tableau à son effigie. Normal ! Le café, la productrice d’Adzopé ne savait que le semer, le récolter, le sécher et le vendre. Le produit fini de son labeur, son goût ainsi que ses produits dérivés lui étaient parfaitement étrangers dans un passé récent. A travers cette exposition photo signée Thierry NANGBO, Nestlé envisage « faire sauter les cloisons et susciter des partages d’expériences entre les cultivateurs de café et les employés de la multinationale. »

A cet effet, 2 voyages d’immersion sont entrepris. Un premier qui voit les employés de la firme se rendre à Adzopé, sa zone de prédilection, pour s’enquérir de l’expertise des planteurs. Un second au cours duquel les producteurs effectuent une visite à l’usine Nescafé afin d’assister à la transformation de leurs cerises séchées.

Cette approche est également l’occasion d’une réflexion sur le café équitable et la sensibilisation du grand public à la situation des petits producteurs. Chaque seconde dans le monde, ce sont plus de 5 500 tasses de café instantané de la marque NESCAFÉ qui sont consommées, un hommage pour les producteurs de cet or brun dont le prix au kilogramme n’excède toujours pas les 750 FCFA.

                   

                   

                 

                 

              

 

 

Mots clés , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *